Site Officiel Facebook Instagram Brownswood Recordings #bigband #world #afrobeat #london
On le sait, Londres est aujourd’hui un vivier de talents bruts qui explorent le jazz pour mieux redéfinir ses contours. Formation fascinante, KOKOROKO se réapproprie l’exaltation torride de l’afrobeat avec une modernité déconcertante. Armée d’une section de cuivres sismique et entièrement féminine, elle explore à la fois l’énergie d’un funk rugueux et la délicatesse des sonorités traditionnelles d’Afrique de l’Ouest.
KOKOROKO nous rappelle que le jazz est une musique qui se danse et qui élève les consciences. Programmé pour l’édition 2020, le collectif viendra bel et bien cette année défendre son nouvel album «Could we be more», à la fois joyeux et apaisant. Rythmes endiablés, sonorités africaines et caribéennes : la clôture du Chapiteau s’annonce déjà inoubliable.
Facebook Instagram #mulatuastatke #theheliocentrics #ethiojazz #Jimma
Considéré comme le père de l'éthio-jazz, ce multi-instrumentiste d’origine éthiopienne est arrivé au Royaume-Uni dans les années 50 pour entreprendre une formation universitaire dans l’ingénierie aéronautique. Sa passion pour la musique en a décidé autrement puisqu’il a finalement étudié le vibraphone et les percussions au sein de prestigieuses écoles à Londres et à Boston. S’en est suivie une riche carrière, notamment propulsée par la sortie de la compilation «Ethiopiques Volumes 4: Ethio Jazz & Musique Instrumentale, 1969-1974» qui l'a fait connaître à l’international. Au début des années 2000, le réalisateur Jim Jarmusch inclut ses compositions dans son film Broken Flower, popularisant Mulatu Astatke auprès d’un large public. Ses morceaux ont depuis influencé des artistes comme Nas, Damian Marley ou encore Kanye West.