Ambrose Akinmusire (USA)

Ambrose Akinmusire
Site officiel #american #jazz #rising #star
    Ambrose Akinmusire (tp) Sam Harris (p) Harish Raghava (bg) Justin Brown (dms)
À seulement 35 ans et avec déjà vingt ans de carrière à son actif, le trompettiste californien Ambrose Akinmusire a rapidement conquis la scène jazz internationale et s’est ancré avec assurance dans le paysage musical contemporain. En 2014, il sort sa deuxième collaboration avec le label légendaire Blue Note Records au titre ésotérique The imagined savior is far easier to paint, dans lequel il explore avec une maturité artistique déconcertante différentes hybridations musicales. Il émerge avec courage à la fois au centre et à la périphérie du jazz actuel, honorant la tradition tout en ouvrant la porte au hip-hop, à la musique savante européenne ou encore au folk hétérogène de Joni Mitchell. Ce printemps, il exportera sa quête pour de nouveaux paradigmes musicaux à Cully où il se produira avec son sublime quartet.

GoGo Penguin (UK)

GoGo Penguin
Site officiel #acoustic #trio #future #jazz
    Chris Illingworth (p) Nick Blacka (bg) Rob Turner (dms)
Une musique inédite, définie comme « electronica acoustique ». Le trio GoGo Penguin, composé de Chris Illingworth au clavier, de Nick Blacka à la basse et de Rob Turner à la batterie, s’inspire des différents courants de la musique électronique. En jouant des mélodies expressives au piano, sur fond de rythmes entraînants aux bruitages de jeux d’arcades, en passant par des puissantes lignes de basse, ils proposent un jazz acoustique ravageur. Avec leur troisième album, Man Made Object, sorti début 2016, le groupe rejoint le club très fermé des artistes britanniques ayant signé sur le plus grand label de jazz du monde, Blue Note Records. Soutenus par Gilles Peterson et Jamie Cullum, ils présenteront en primeur à Cully A Humdrum Star, leur tout nouvel opus.

Tobias Preisig Solo (CH)

Tobias Preisig Solo
Site officiel #experiment #swiss #discover
    Tobias Preisig (v)
Enfant chéri du Festival, le violoniste suisse n’est pas à sa première visite de Cully : en 2013, il tient une résidence au Jardin (désormais devenu la scène du Club), en 2015 il donne un concert musclé avec son power duo Egopusher au Next Step, suivi, un an après d’une performance poétique en compagnie du pianiste-organiste Stefan Rusconi au Temple.
Cette année, Tobias Preisig se prête à l’exercice du solo pour son passage sous la tente noire culliérane. Porté par des nappes sonores ambiantes, son violon fera la cour au synthétiseur analogique, donnant l’illusion troublante d’un duo fantôme. Grincements, pincements, chuchotements et rugissements, Tobias Preisig pousse son instrument hors du monde stéréotypé auquel il est trop souvent cantonné pour développer avec virtuosité un vocabulaire violonistique contemporain à la fois gracieux et brutal, méditatif et nerveux.